Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Débat public : Quelle médecine de proximité pour demain ? : questions du CDTSV

24 Janvier 2014 , Rédigé par I. NAROLLES FOLIARD LE GAL Publié dans #SANTE, #CDTSV

Questions posées par Gilles Brémand qui s'est présenté comme citoyen co-animateur de

l'atelier Santé du Conseil de Développement du Territoire Sud-Vendée

Démocratie sanitaire (cf. loi HPST de 2009: Hopital, Patients, Santé, Territoires)

- le mot Patient est dans l'intitulé de la Loi mais l'ARS et les Patients n'ont pas le même Territoire de référence; le patient est toujours libre de son choix quand il a le choix et, ici notamment, on se tourne beaucoup vers Niort et La Rochelle à tort ou à raison. Cette situation est-elle conciliable avec le formatage départemental et régional de l'ARS ? Quelles sont les souplesses possibles notamment par le biais de l'expérimentation ?

 - le Patient est aussi un Citoyen capable de réflexion ;  deux fiches du CDTSV ont été diffusées en avril et octobre 2011; (s'adressant à La Directrice de l'ARS) vous avez dû les recevoir...

 

Dispositif de formation des Medecin

... et, puisque la formation médicale est mise au débat, ces fiches contenaient notamment une proposition de  MMU :

- Un projet médical de Territoire soulève forcément la question de nos systèmes de formation universitaire. Nos futurs médecins seront sans doute des salariés ou - c'est moins probable des libéraux - mais ils pourraient tous être lancés par la structure hospitalière publique ! Le sud-Vendée n'est certes pas positionné pour le niveau universitaire. Mais notre Hopital public peut-il pour le moins être connecté à la Faculté de Médecine, via le Centre de Formation du CHD par exemple ?

- les Généralistes en activité sont également concernés ! Peut-on les inciter à encadrer des stagiaires ?

A la recherche d'une fonction d'avenir dans le domaine de la santé pour le Territore

On dit (TROP) souvent que le territoire n'est pas attractif pour les jeunes médecins et même pour les remplaçants. Cette mauvaise image du sud-Vendée et singulièrement de Fontenay-le-Comte devient exaspérante (le Député-Maire, présent, s'en est également offusqué). Ne pourrait-on pas inverser le raisonnement en disant que l'existence de certains soins peut avoir des effets positifs sur le Développement économique (économie résidentielle,  puisque l'augmentation de la population en Vendée est annoncée et déjà chiffrée) et sur l'attractivité du territoire ?

Quels soins spécifiques ? Il est admis que les grands Etablissements Hospitaliers    gardent le moins longtemps possible les patients opérés ou traités; ne pensez-vous pas que les soins post-opératoires avec un platau de convalescence pourraient faire partie de nos spécificités ?

Sur ce dernier point, la Directrice de l'ARS a évoqué la dialyse à titre d'exemple.

Elle avait également acquiescé à l'idée de MMU (repérée en Mayenne déjà).

Et le Directeur de l'Hopital Départemental a souhaité, pour mieux  prendre en compte les projets de territoires, revoir le système d'appel à projet.

Bien sûr le vaste sujet des Maisons médicales pluridisciplinaires (MMP) a été dominant dans cette soirée (nombreuse assistance, à majorité professionnelle).

A noter qu'aucun praticien fontenaysien n'était prévu sur le plateau des débats et que les MMP citées à titre d'exemples furent celles de La Châtaigneraie et de Luçon.

Partager cet article

Commenter cet article