Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DIAGNOSTIC DU TERRITOIRE SUR LA MOBILITÉ

15 Octobre 2010 , Rédigé par I. NAROLLES FOLIARD LE GAL Publié dans #DEPLACEMENTS, #REVUE DE PRESSE

Mobilité en Sud-Vendée : trop de déséquilibres

Ouest-France : vendredi 14 janvier 2011

Sur demande du conseil de développement, dix-neuf étudiants en BTS du lycée Bel-Air ont travaillé pendant quatre mois sur la question de la mobilité en Sud-Vendée.

Réfléchir sur les enjeux et les perspectives de la mobilité sur le territoire du Sud-Vendée. C'est la difficile tâche à laquelle se sont attelés les dix-neuf étudiants en première année de BTS développement local qui ont participé à cette étude. Une étude lourde, qui leur avait été confiée en septembre dernier par le conseil de développement.

Quatre mois d'enquêtes, d'entretiens, de recherches et de questionnements, qui leur ont permis de dresser un état des lieux réaliste de la situation. L'étude s'est penchée sur les problèmes liés à la mobilité dans cinq communautés de communes : Fontenay-le-Comte, La Châtaigneraie, Sainte-Hermine, L'Hermenault et Vendée-Sèvre-Autise.

Le train délaissé

Premier constat : il y a un déséquilibre des services sur le territoire et certaines communes ne sont par conséquent pas desservies par les transports en commun. L'étude insiste aussi sur le fait que les deux principaux bassins d'emplois du territoire que sont Fontenay-le-Comte et La Châtaigneraie, ne sont pas reliés par des transports collectifs. Or, garantir l'accès à l'emploi et à la formation est un des enjeux majeurs de la mobilité.

L'étude pointe notamment du doigt le manque de voies ferrées, qui pourraient servir à la fois à transporter des voyageurs et au fret, et l'absence d'un arrêt de train dans le Sud-Vendée. Le développement du réseau autoroutier est en effet privilégié depuis plusieurs années, au détriment des lignes ferroviaires.

Pôle multimodal

Les étudiants ont également réfléchi à l'empreinte écologique des moyens de transport et encouragé au covoiturage dans les zones les plus isolées.

Parmi les différentes pistes de réflexion formulées au terme de l'étude, les étudiants ont proposé la mise en place d'un pôle multimodal à Velluire, allant de paire avec la réhabilitation de la gare et la création d'une ligne de bus entre Fontenay-le-Comte et Velluire. Ils ont enfin appelé à l'amélioration de la communication et de l'information sur les réseaux de transports, par l'intermédiaire d'un document unique, regroupant toutes les informations relatives aux lignes de bus et de train sur le territoire.

Autant de propositions sur lesquelles le conseil de développement pourra travailler dans les prochains mois pour tenter d'apporter des solutions concrètes à la question centrale de la mobilité au sein du territoire.

Charles DUBRÉ.

 

La population interrogée sur la mobilité - L'Hermenault

Ouest-France : samedi 27 novembre 2010
Se mobiliser pour réfléchir à la mobilité ; c'est une piste de travail proposée par les étudiants.</div>

Répondant à l'invitation des étudiants en BTS « Services et espace rural » du lycée Bel Air de Fontenay-le-Comte, mardi soir, différents acteurs de la vie locale, se sont déplacés pour réfléchir ensemble aux réalités diverses de la mobilité en milieu rural. A savoir : la distance par rapport au centre de vie, les services sur place, les transports existants, pour les scolaires, ou plus ponctuellement les déplacements collectifs du samedi ou encore les besoins et les prévisions d'évolution du milieu médical sont autant de questions qui se sont posées à l'assistance.

Des services de proximité existent cependant sans être en mesure de répondre aux attentes d'une population plutôt âgée et des besoins d'assistance pour des solutions plus collectives sont à mettre en oeuvre exemple. Par exemple, le covoiturage. Pas seulement pour se déplacer pour son travail, mais pour conduire les enfants aux sports, au centre de loisirs ou autres activités. De l'avis général ces besoins ne pouvant se solutionner à l'échelon des collectivités locales (communes) la nécessité d'une réflexion plus large (la notion de territoire a été évoquée) paraît être une piste de réflexion. Pour étayer cette réflexion, les étudiants ont proposés une enquête aux participants et à la population, l'analyse des résultats, de l'ensemble du Sud Vendée seront donnés au cours des premiers mois de 2011.

 

Des lycéens auscultent la mobilité dans le Sud-Vendée - La Châtaigneraie

Ouest-France : mercredi 24 novembre 2010
Toumbou Toihirou, Charlie Divry et Lucie Launay (de gauche à droite) ont dirigé les débats de l'atelier. Ils prolongeront leur travail par des entretiens et une enquête ciblée auprès de la population.</div>

Lucie Launay, Charlie Divry et Toumbou Toihirou sont étudiants en BTS Services en espace rural (SER) au lycée Bel-Air de Fontenay-le-Comte. Commandités par le conseil de développement du Sud-Vendée pour réaliser un diagnostic de territoire sur le thème de la mobilité, ils viennent d'animer un atelier de réflexion sur le sujet à La Châtaigneraie. Ils y avaient invité des responsables d'associations (Familles rurales, Action-handicap, Assistantes maternelles, Restos du coeur, atelier de réinsertion, élus communautaires...).

Transports publics

Les participants ont été conduits par les étudiants à formuler leurs avis sur trois points : les besoins, les offres de transport, la dynamique du territoire. Des voix se sont élevées pour souligner le manque d'une liaison publique régulière avec Fontenay-le-Comte. On a entendu que ce sont les publics socialement les plus fragiles qui ont le plus de difficulté, car ils ne peuvent pas se déplacer par leurs propres moyens. « Dans le milieu rural, on est habitué à cette culture du déplacement, mais les personnes qui arrivent de l'extérieur et en particulier des grandes villes sont complètement désorientées ». L'offre de covoiturage existe, mais sans Internet, il est impossible d'y accéder. Des dispositifs existent, mais ils sont inconnus des personnes qui pourraient être concernées. Les difficultés de déplacement pour les personnes handicapées ont aussi été évoquées.

C'est dans la tête

Xavier Bregeon, qui travaille auprès des jeunes à la mission de locale, tempère ces propos. Pour lui, la mobilité « ce n'est pas la capacité à pouvoir se déplacer d'un point A à un point B. C'est d'abord dans la tête que cela se passe ». Il en veut pour preuve que dans le canton, « 75 % des jeunes des 16-25 ans possèdent un moyen de transport ». Pour Éric Rambaud, président de la communauté de communes, le problème de la mobilité est tout autre : « Certes des publics spécifiques ont des problèmes de transport. Mais ne raisonnons pas transports comme à la ville. Je ne suis pas persuadé que nos déplacements à la campagne soient dans une situation collectivement défavorable. Arrêtons de parler de difficultés ; la majorité des gens arrivent à se débrouiller de cette situation. C'est plutôt la considération du milieu rural qui nous manque. A nous d'imaginer une mobilité des services ».

 

Rencontre autour de la mobilité mardi - L'Hermenault

Ouest-France : vendredi 19 novembre 2010
La mobilité, une enquête lancée par les étudiants de BTS de Bel-Air qui concerne tout le Sud Vendée.</div>

Avec une classe de BTS service en espace rural du lycée Bel-Air de Fontenay-le-Comte, une réflexion sur la mobilité, sur l'ensemble du Sud Vendée, est lancée. Déjà, les étudiantes sont à la rencontre des diverses professions dans chaque tranche d'âge afin de recueillir des informations et établir un premier diagnostic. Une rencontre intitulée « Et vous, ça roule ? » est programmée pour la communauté de communes du Pays de L'Hermenault mardi 23 novembre à 20 h 30 à la maison des associations à L'Hermenault. Les habitants sont invités à s'exprimer sur la façon dont ils se déplacent et sur leurs souhaits en matière de transports.

Mardi 23 novembre à 20 h 30, salle des associations. Contact : Fany Frouin 06 50 33 09 24.

 

Un diagnostic de territoire sur le thème de la mobilité - La Châtaigneraie

Ouest-France : mercredi 17 novembre 2010

Les étudiants de BTS services en espace rural (SER) du lycée Bel-Air de Fontenay-le-Comte ont été commandités par le conseil de développement du Sud-Vendée pour réaliser un diagnostic de territoire sur le thème de la mobilité.

Cette étude concerne essentiellement les déplacements de population : travail, loisirs, achats, accès aux services et administrations... La réalisation de ce diagnostic entre parfaitement dans le cadre de la formation SER qui prépare à des métiers autour du développement local, de l'action territoriale ainsi que du service aux usagers.

Le pays de La Châtaigneraie est concerné par cette étude qui se traduit cette semaine du 16 au 23 novembre par une enquête auprès de la population : Les étudiants enquêteront par binôme et porteront un badge avec le logo du lycée et leurs noms. Ils organiseront aussi le jeudi 18, à 20 h 30, salle des votes de la mairie, à La Châtaigneraie, un atelier territorial. Celui-ci se donne pour objectif d'obtenir un état des lieux de la mobilité sur le territoire, de détecter les enjeux et de dégager des propositions d'actions.

La réunion publique s'adresse aux élus communautaires et communaux, aux membres des associations et plus largement à tous les citoyens intéressés.

Ce travail est mené également sur les quatre autres communautés de communes du Sud-Vendée pour avoir une vision globale de territoire.

 

Les déplacements regardés à la loupe - Fontenay-le-Comte

Ouest-France : vendredi 12 novembre 2010
Ces étudiants de BTS iront rencontrer les habitants de la communauté de communes du Pays de Fontenay.</div>

Un diagnostic sur les déplacements et la mobilité des habitants du sud-Vendée est en cours de réalisation. Des étudiants sont chargés de le mener.

 

Pourquoi? Comment?

Pourquoi ce diagnostic ?

Le conseil de développement du sud Vendée s'intéresse à la mobilité des habitants du territoire. Le conseil a délégué aux étudiants d'une classe de première année de BTS service en espace rural du lycée Bel-Air, la réalisation d'une étude diagnostic. Selon le conseil de développement, le sud Vendée se trouve éloigné des grands centres urbains tels Niort, La Rochelle, La Roche-sur-Yon ou encore Nantes. Autres constats : le peu de transports en commun avec seulement trois à quatre lignes, le vieillissement de la population, l'éloignement des habitants de communes rurales des services de proximité et la nécessité d'utiliser une voiture, les solutions alternatives n'existant pas.

Les questions posées

Le conseil de développement, qui a créé un groupe de travail au sein de la commission solidarité humaine et territoriale, se questionne sur la mobilité pendulaire (déplacement domicile-travail) sur le territoire, les besoins des habitants et les services apportés, le degré d'utilisation des lignes régulières de transport en commun.

Le travail des étudiants de BTS

Les 22 étudiants en BTS 1re année service en espace rural sont répartis en cinq groupes qui se déplaceront dans les cinq communautés de communes du Sud Vendée : le Pays de Fontenay-le-Comte, Vendée-Sèvre-Autise, le Pays de la Châtaigneraie, de Sainte-Hermine et de L'Hermenault. Ces cinq communautés représentent environ 75 000 habitants. Dès mardi 16 et jusqu'au mardi 23, des groupes de 3 à 4 étudiants iront à la rencontre des habitants dans les cinq communautés de communes. « Ils se déplaceront dans les lieux publics comme les marchés, feront du porte-à-porte », explique Tony Demeurant, leur professeur de sciences économiques et sociales. L'objectif étant d'interroger les habitants sur la façon dont ils se déplacent, leurs besoins en terme de services et leur avis sur l'offre existante en terme de déplacements...

Transport à la demande

Les enquêteurs, munis d'un badge, rencontreront, dans des ateliers, des élus locaux, des commerçants, ou encore des assistantes sociales. Ils iront aussi échanger avec des conseillers généraux ou encore les responsables de Pôle Emploi. Les jeunes prendront même les lignes de bus afin de se rendre compte sur le terrain des réalités en matière de déplacement. Et ils en profiteront pour questionner les usagers. Ce diagnostic, qui sera rendu le 11 janvier au conseil de développement devrait lui donner des éléments de réponse sur la nécessité de créer un système de transport à la demande dans les communautés de communes de L'Hermenault et Saint-Hermine.

Sophie CAPELLE.

 

 reunion-15-sept-2010-Etudiants-Bel-Air.png

reunion-15-sept-2010-Etudiants-Bel-Air-1.png

Ouest-France lundi 20 septembre 2010


Des étudiants de 1re année BTS A « services en espace rural » du lycée agricole Bel-Air vont faire un diagnostic sur la mobilité des habitants du sud Vendée. Ils étaient invités, mercredi, au siège du Syndicat mixte pour le contrat territorial unique, pour la présentation d'un partenariat avec le conseil de développement du territoire (CDT) du Sud Vendée. Ils interrogeront les habitants pour connaître leurs habitudes de déplacement, étudieront les offres de transports en commun et seront en contact avec les mairies et les communautés de communes du Sud Vendée. Ce diagnostic devra être livré le 11 janvier au conseil de développement du territoire et au syndicat mixte.

Pour participer à l'étude : syndicat mixte pour le CTU, 68, Bd des Champs Marots, 09 63 63 37 41.

secretariatctucdt85@orange.fr blog : conseildevelopementduterritoiresudvendee.over-blog.com Lycée Bel Air, 1, Bd Hoche, 02 51 50 11 44.  

Partager cet article

Commenter cet article