Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sud-Vendée : le point sur le transport collectif

7 Décembre 2015 , Rédigé par Isabelle NAROLLES Publié dans #DEPLACEMENTS, #MOBILITE, #REVUE DE PRESSE

Ouest-France – Fontenay le Comte – 7 décembre 2015

À Fontenay, le Pôle d’échanges multi-usages (Pemu), point de départ pour Niort, La Roche-sur-Yon et La Rochelle. | Archives Ouest-France

La mobilité est un élément clé de la vie économique, sociale et culturelle. Pour ceux qui n’ont pas de véhicule individuel, une seule solution : le transport collectif. État des lieux.

Une nécessité pour la mobilité

En octobre, le Conseil de développement du territoire Sud-Vendée (CDTSV), dans son dernier rapport (disponible en ligne sur son blog), s’est penché sur les moyens de « lever les freins à la mobilité », pour faciliter l’accès « à l’emploi, à la formation, aux services publics et à la vie sociale et culturelle », en partant du constat de la faiblesse de l’offre en transports en commun. En 2013, une étude montrait que neuf déplacements sur dix se faisaient en voiture individuelle. Dans le Sud-Vendée, le débat sur la mobilité a été largement monopolisé par deux projets : celui, avorté, de l’autoroute A831 et celui, encore dans les cartons, d’arrêt de train à Velluire, sur la ligne Nantes-Bordeaux, pour desservir Fontenay. Mais qu’en est-il de l’existant ?

Le train, le grand absent

C’est au passé qu’il faut conjuguer le train à Fontenay. Réhabiliter la ligne Fontenay-Niort n’est aujourd’hui pas à l’ordre du jour. La seule actualité ferroviaire est le projet d’arrêt de la ligne Nantes-Bordeaux, à Velluire. C’est encore loin d’être fait, d’autant que le maintien de l’arrêt de Luçon, l’unique dans le Sud-Vendée, n’est pas une certitude.

L’autocar, faute de mieux

En l’absence du train, c’est le seul moyen de transport collectif permettant de relier Fontenay-le-Comte aux agglomérations voisines et à leur gare SNCF : La Roche-sur-Yon par Luçon, Niort et La Rochelle. Il existe trois lignes autocar régionales (financées par la Région) et une ligne départementale, Cap Vendée, (financée par le Département). L’entreprise Sovetours exploite ces quatre lignes, toutes au départ et à l’arrivée du Pôle d’échanges multi-usages (Pemu). Entre Fontenay et La Roche-surYon, il existe deux options. La ligne autocar régionale 15, via MouzeuilSaint-Martin, Nalliers et Luçon. Le trajet coûte 13,30 € en plein tarif pour 1 h 25, avec neufs cars par jour en direction de Fontenay et sept en direction de La Roche, en semaine. Le samedi un dans chaque sens, et pas de direct le dimanche et jour férié, mais possibilité de changement à Luçon. La ligne 120 de Cap Vendée, via Petosse, Pouillé, Saint-Etienne-deBrillouet et Sainte-Hermine. Le trajet coûte 5,30 € pour 1 h 15, avec trois à cinq cars dans les deux sens en semaine, trois le samedi et aucun le dimanche et les jours fériés. Entre Fontenay et Niort, la ligne autocar régionale 16 permet de relier les deux villes en 45 min pour 7,40 € en plein tarif. C’est la liaison la mieux desservie, avec huit allersretours en semaine, plus quatre supplémentaires le vendredi ; cinq allers et quatre retours, le samedi, et cinq allers-retours le dimanche et jour férié. Entre Fontenay et La Rochelle, la ligne autocar régionale 17 fait le lien entre les deux cités, en desservant Velluire, Vix, L’Ile-d’Elle et Marans, en 1 h 10 pour 10,30 € en plein tarif, avec trois allers-retours en semaine ; deux le samedi et deux le dimanche et jour férié, dont un retour direct entre Marans et Fontenay.

Le covoiturage, une alternative

Sur le site blablacar.fr, des usagers proposent des trajets allers-retours réguliers, plusieurs par jour. Plus d’offres que de demandes, les premières ne trouvant pas souvent preneurs. Les tarifs sont pourtant attractifs : de 2 à 4 € entre Fontenay et La Rochelle ou La Roche-sur-Yon et de 1 à 3 € entre Fontenay et Niort, plus la participation du site, 20 % maximum. À noter que le conseil départemental a créé une plateforme internet de covoiturage, covoiturage.vendee.fr, qui permet, gratuitement, la mise en relation entre covoitureurs, conducteurs et passagers. Dans l’attente de nouveaux investissements des différentes collectivités, le covoiturage est sans doute le système de transport collectif qui a le plus d’avenir à court ou moyen terme.

Matthieu CHAUMET.

Quelques adresses internet utiles :

sovetours.com ; vendée.fr ; destineo.fr ; blablacar.fr ; covoiturage.vendee.fr

A LIRE EGALEMENT

L’enquête du CDTSV sur la mobilité des salariés : quelle alternative à la voiture, qui reste reine, et quelles réponses appropriées à des besoins sociaux ciblés ?

 

Le conseil de développement du territoire Sud-Vendée a interrogé les salariés. Pour se déplacer, la voiture neuf fois sur dix.

 

Le Conseil de Développement du Territoire Sud Vendée ?
Instance, ouverte à tous, qui regroupe des citoyens, non élus communautaires, bénévoles et qui souhaitent apporter une contribution aux questions touchant à l’intérêt général, au-delà de tout intérêt politique, corporatiste, riverain ou personnel.
Il est un lieu de discussion et de confrontation d’idées sur les questions relatives au développement et à l’aménagement du territoire du Sud Vendée.

Partager cet article

Commenter cet article